Le Développement de Moïse concernant sa Religion

Rebecca Spriewald, Philipp Kinon, Jan Kiesewalter

Quand Moïse demande à son père ce qu’il pense de la religion, il lui répond qu’il faut faire de gros efforts de croire en Dieu1. Le père de Moïse se trouve dans une situation désespérée2: Il n’a plus de travail, sa femme l’a quitté il y a beaucoup d’années. Quand même il est juif, mais « être juif », pour lui, ne dit pas croire en Dieu3. Comme ça, Moïse n’a jamais appris de vivre cette religion4 - Il ne connaît pas les différences entre les religions.

Le soufisme, c’est la religion de M. Ibrahim5. Il raconte à Moïse que c’est une forme d’Islam qui concerne l’homme. Comme ça, le soufisme s'oppose au légalisme6. Pour Moïse, le légalisme est « faire avocat » comme son père7, car dans cette forme d’Islam, il faut minutieusement respecter les lois du Coran. D’un part, Moïse trouve le légalisme très « ennuyeux » et « gris » comme il le remarque du travail de son père – d’autre part, la liberté du soufisme pour lui et complètement nouvelle et inconnue. Il voit que le soufisme offre beaucoup plus de possibilités que la religiosité de son père.

En voyageant avec M. Ibrahim, Moïse peut découvrir les différentes religions avec tous ces sens8 – par exemple, les deux entrent dans des bâtiments et Moïse peut identifier les religions à l’odeur… Il sent le cierge et il est sûr que c’est une église catholique9, il sent l’encens et il sait qu’il se trouve dans une église orthodoxe10. Et quand il entre dans une mosquée, il ne sent que des pieds11, c’est l’odeur qu’il aime le moins – mais M. Ibrahim le préfère12. A son avis, la mosquée est faite pour les hommes, et c’est pourquoi il y « faut » avoir l’odeur des pieds. Il devient claire que l’attitude et la philosophie de M. Ibrahim impressionne Moïse beaucoup, et pendant qu’il fait la connaissance de toutes les religions, il se rend compte que les religions avaient beaucoup de grands hommes en commun13.

Plus tard, M. Ibrahim et Moïse visitent un tekké14, une forme de monastère pour les soufistes. Là, M. Ibrahim apprend à tourner à Moïse. Au commencement, Moïse ne veut pas croire que tourner peut améliorer l’humeur, mais puis il l’essaie et il se « sent comme un de ces atomes qui tournent autour du vide »15 et sa haine disparaît16. Il peut maintenant croire que les musulmans perdent « ses repères terrestres »17 quand ils se « tournent autour de leur coeur qui est le lieu de la présence de Dieu »18. Après la mort de M. Ibrahim, Moïse suit la philosophie et la religion de M. Ibrahim et il se remet à Dieu. Il vit la nouvelle liberté : Il mendit, il couche dehors et il n'utilise même pas d’argent19. Enfin, il va apprendre ce qui est dans le Coran20 que M. Ibrahim lui a donné pour prendre sa place dans la rue Bleue21.

Compare de plus...

Le développement concernant la religion est très lié à L'évolution personelle de Moïse. En plus, comparez aussi le tableau sur la relation entre tous les personnages ou bien La situation familiale, L'amitié entre M. Ibrahim et Momo et La quête de l'Amour.

Références au texte

1 p.32, l.5-13;
2 p.34, l.3-4;
3 p.34, l.7-8;
4 p.35, l.21 - p.36, l.1;
5 p.31, l.7;
6 p.32, l.5-13;
7 p.32, l.15-19;
8 p.62, l.13;
9 p.62, l.14;
10 p.62, l.16;
11 p.63, l.1;
12 p.63, l.3-8;
13 p.43, l.11-14;
14 p.64, l.11-12;
15 p.72, l.4-6;
16 p.65, l.13-16;
17 p.65, l.2-3;
18 p.64, l.18-20;
19 p.72, l.10-14;
20 p.72, l.21-23;
21 p.75, l.1-3;