M. Ibrahim et le soufisme

Rebecca Spriewald, Philipp Kinon, Jan Kiesewalter

M. Ibrahim est musulman, mais il suit le soufisme1 parce qu’il ne veut pas toujours respecter la loi comme le légalisme2; il préfère s’occuper de lui-même. Il a confiance en son Coran: Il est toujours heureux3 parce qu’il fait et « ne sait que ce qu’il ya dans [son] Coran »4. Le soufisme fait l’accent sur la religion intérieure des hommes5, et c’est pourquoi il préfère l’odeur des pieds à la mosquée6 – au contraire de Moïse qui ne le connaît pas encore.

La philosophie de M. Ibrahim devient aussi claire dans le chemin des hommes7 qu’il raconte à Moïse: D’après ce chemin, les hommes au commencement sont minéral, puis végétal, animal et puis l’homme... et après la mort, on devient un ange et on a fini avec la terre. Moïse ne le veut pas croire, mais M. Ibrahim lui dit qu’il peut encore se rappeler avoir été une plante – c’est ce qu’il a toujours fait quand il était seul dans son épicerie8.

Quand M. Ibrahim meurt, il n’a pas peur car il a la confiance en son Coran9. Enfin, il ne « meurt » pas, mais il se réjouit parce qu’il va « rejoindre l’immense »10, il espère de devenir un « ange ».

L’attitude de M. Ibrahim et du soufisme en général sont représentés dans la « danse d’alchimie » de Dschelaladdin Rumi, l’homme qui a créé l’ordre de derviche dont M. Ibrahim et Moïse ont visité le tekké. Les aspects les plus importants, ce sont11: « Faire mourir le corps », « vivifier le cœur », « cacher le monde d’ici-bas », « faire venir le monde de la vie future », « anéantir la passion » et « produire l’intention ». On peut voir que la vie d’ici-bas n’est pas trop importante – la vie des soufistes est orientée à la vie après la mort, le soufisme veut s’approcher à Dieu12.

Compare de plus...

Le développement de Moïse concernant son caractère et son attitude religieuse sont décrits dans les textes L'évolution personelle de Moïse et Le développement de Moïse concernant sa Religion. Les propriétés de l'amitié entre Moïse et M. Ibrahim sont aussi traitées dans la section L'amitié entre M. Ibrahim et Momo.

Références au texte

1 p.31, l.7;
2 p.32, l. 15-19;
3 p.35, l.15-17;
4 p.28, l.12-13;
5 p.31;
6 p.63, l.3-8;
7 p.67, l.13-17 - p.68, l.1-3;
8 p.68, l.4-9;
9 p.69, l.20-21;
10 p.70, l.15-16;
11 p.71, l.3-16;
12 p.31;